mardi 27 février 2018

brutalité et déontologie

Le démantèlement des services publics auquel on assiste devient préoccupant à plusieurs titres.  D'abord les méthodes du gouvernement actuel qui laissent à penser que si la France fut une république démocratique dans des temps déjà lointains, puis une monarchie républicaine plus récemment et encore aujourd'hui, on peut se demander si elle ne va pas devenir un Etat totalitaire, tout au moins autoritaire. En effet, l'usage des ordonnances pour faire passer des textes qui ne font sans doute pas l'unanimité ne se réfère pas vraiment à des méthodes démocratiques. Actuellement on assiste à une volonté de tout bouleverser sous prétexte que tout ira mieux par la suite!  Mais être élu, monsieur Macron, ce n'est pas se faire plaisir, c'est respecter le souhait du peuple selon l'unanimité sur des sujets de société urgents et qu'il souhaite traiter. Si le peuple vous a élu, ce n'est pas pour faire n'importe quoi et aujourd'hui c'est exactement ce qui se passe. Votre politique aboutit à l'inégalité des territoires, à l'inégalité des citoyens. La réforme de la CSG pour combler les générosités faites aux plus riches et pour mettre dans un état de précarité ceux qui s'y trouvent déjà, réformer brutalement la SNCF en supprimant les petites lignes, fermer les écoles, les maternités en province, transférer des services hospitaliers, concentrer les services sociaux et la justice pour confisquer une proximité juste et égalitaire, charger les régions de responsabilités financières en supprimant dans le même temps les moyens qui leur permettaient de maintenir une économie, voilà l'action dont vous êtes responsable. Il faut arrêter de parler en terme de rentabilité, les services publics ne sont pas faits pour gagner de l'argent, les services publics doivent être financés par nos impôts, à condition bien évidemment que les agents d'Etat  soient efficaces et en assurent le bon fonctionnement. Et de cela, de cela seulement vous êtes chargé d'en vérifier l'efficacité.
Pour prendre un exemple d'actualité aujourd'hui, vous déplorez le manque de fréquentation de certaines lignes  SNCF mais vous posez-vous la question de savoir pourquoi? Simplement parce que la démographie concentrationnaire à laquelle vous vous employez, aboutit à une pénurie de trains dans les villes surpeuplées et à un excès de ces moyens dans les déserts que vous fabriquez. Indéniablement, vous êtes un citadin qui ignore tout de la campagne qui la méprise peut-être même, mais la France, ce n'est pas que Paris. Vous ne détenez pas la juste pensée comme votre attitude semble le laisser croire. Le fait de changer les choses ne les rend pas nécessairement meilleures. 

mardi 13 février 2018

Le berry, la poubelle la plus belle...

Faut-il que je dise ici toute ma colère devant les procédés sournois  d'EDF et du gouvernement actuel qui prétend ne pas être au courant de ce qui se prépare depuis longtemps!? On est en train de nous concocter une société dont je ne verrai probablement rien et c'est tant mieux pour moi, mais les enfants, vos enfants, quel héritage  leur laisserons-nous!? On nous tracasse tellement aujourd'hui, que je finis par comprendre et excuser toutes les révoltes de cette terre, toutes ces révoltes régionales qui n'ont pas envie qu'on s'occupe de leur destin. Laissez-nous tranquille vivre!!
Je vous communique un lien pour un site que je vous conseille d'aller voir. Pas rassurante l'information. Mais que Macron avec son regard inexpressif et tous ces politicards de gauche ou de droite ou du centre  sachent bien que malgré mon grand âge, je me battrai pour éviter cela.
Voici le lien à consulter:
https://reporterre.net/EXCLUSIF-EDF-veut-construire-une-piscine-geante-de-dechets-nucleaires-a

mercredi 7 février 2018

Glissade malheureuse...

     Décidément on va finir par croire que je fais une fixation sur les agents de la direction des routes. Avouez pourtant que le fait cité ce matin dans la presse locale "Le Berry Républicain", ne manque pas d'interpeller le lecteur. En effet, il s'agit d'un accident survenu à un chasse-neige ou autre saleuse quelconque lors du nettoyage  de 5 centimètres de neige sur la route nationale 151, route réputée pour être la plus longue ligne droite routière de toute la France!!
     D'après les agents chargés de ce travail et selon le Berry Républicain, cet accident serait dû à un mauvais fonctionnement des essuie-glaces...!! Je ne voudrais pas accabler ces pauvres agents de mes sarcasmes, l'ironie en la circonstance étant bien trop facile, mais je me demande quand même comment font leurs collègues en région montagneuse là où les routes sont sinueuses et la neige abondante!? En tout cas, mettre un semblable matériel au fossé, faute d'essuie-glaces convenables, admettez que la négligence d'entretien devient chère. Ces employés se plaignant du dos ont été conduits au centre hospitalier de Bourges. J'espère que leur état de santé ne présente pas d'inquiétude et que l'arrêt de travail qu'ils ne manqueront sûrement pas d'obtenir ne se prolongera pas trop longtemps car d'autres chutes de neige sont annoncées.
    

lundi 20 novembre 2017

Démographie

Récemment, je lisais un article à propos de la démographie régionale et, comme d'habitude, dans ce domaine comme dans celui de l'emploi puisque les deux sont étroitement liés, le Berry était le vilain petit canard. La région Centre val de Loire n'a en effet aucune homogénéité dans ses activités économiques comme dans sa démographie, là encore, éléments intimement liés. En effet, mais faut-il s'en étonner quand on constate depuis des années le transfert, sur Orléans et le Loiret en général, des emplois et notamment des emplois du tertiaire. S'agit-il d'une volonté politique délibérée ou d'un acharnement concentrationnaire visant à tirer la couverture de l'emploi vers le Loiret et en vidant du même coup le Berry de sa substance économique et de sa potentialité de son savoir faire?
Je sais que ces propos  semblent relever d'un chauvinisme primaire, mais avoir la volonté de vivre et de travailler au pays, n'est-ce pas un souhait légitime? D'ailleurs, à ce sujet, il y aurait beaucoup à dire, quand on voit le mal-être des populations déracinées de leur département pour des raisons professionnelles, quand on voit les difficultés de circulation qui découlent de ces concentrations  urbaines, quand on voit le déséquilibre d'infrastructures qu'elles génèrent en étant insuffisantes dans les grandes villes et de plus en plus inexistantes dans les campagnes. Enfin, quand on constate l'incidence écologique causée par ce phénomène, on peut se dire que notre société a perdu la raison. Cette fuite en avant à la recherche d'un travail, cette instabilité constante, obligent les générations actuelles à abandonner des perspectives d'avenir, à fragiliser la cellule familiale, à détruire nos attaches identitaires,bref, à anéantir tout le tissu social, intellectuel et affectif qu'on connaissait. Or, le Berry est l'exemple parfait de mes propos et, sans que ce soit une exception, il est à mon sens nécessaire de le dénoncer parce que le berrichon est un contribuable comme les autres et , face à l'impôt, il est en droit d'avoir des exigences sur sa qualité de vie. N'y aurait-il pas d'ailleurs une insinuation de ces sentiments dans les velléités de plusieurs conseillers régionaux de procéder à un regroupement de l'ancienne province du Berry afin de devenir auprès de la région une entité audible?
        Car il est vrai qu'aujourd'hui, le décalage économique perceptible dès qu'on met un pied dans le Berry, devient intolérable et le contribuable que je suis est forcément en droit de se poser quelques questions du genre:
- Pourquoi il aura fallu 40 ans pour réaliser une malheureuse rocade autour de Bourges sans même un doublement des voies et sans que ce travail ne soit encore terminé au moment où j'écris!?
- Pourquoi l'autoroute A71 n'offre qu'un seul accès sur Bourges?
- Pourquoi nos routes rappellent tristement celles du 19ième siècle?
- Pourquoi la suppression des liaisons ferroviaires ?
- Pourquoi cette prolifération parfois anarchique  inutile et coûteuse de ronds points ?
- Pourquoi l'absence de projets innovants pour la ville de Bourges, une ville d'art, une ville qui a une riche histoire et qui, malgré ces handicaps, de l'avis des touristes, demeure une belle ville?
- Pourquoi cet isolement constaté au niveau de la télévision régionale, alors que de nombreux événements culturels se produisent à Bourges?
- Pourquoi cette volonté d'occulter le Berry?
   Vous aurez sans doute compris mon attachement au Berry pour ses richesses culturelles, pour ses richesses patrimoniales, pour ses prouesses intellectuelles qui n'ont absolument rien à envier à ses voisins territoriaux même si la télévision régionale les ignore bien souvent au profit de niaiseries orléanaises.
    Mais peut-être qu'on envisage de clôturer notre belle province afin que la gent citadine orléanaise vienne, lors de ses promenades dominicales, observer des Berrichons, une espèce en voie d'extinction!?

jeudi 9 novembre 2017

Les hommes creux

Il existe des hommes à l'apparence humaine et jusque là rien de plus naturel me direz-vous. Mais ce qui devient plus curieux, ce sont les hommes creux, ceux dont le corps se compose d'une enveloppe avec rien dedans. Prenez par exemple Bernard Arnault, le patron de LVMH, eh bien cet homme-là, malgré son aspect d'humain,  ne possède rien qui permet de le classer dans cette catégorie. Pas de cœur, pas de conscience, pas de sens civique donc pas de solidarité ou de charité envers ses semblables, même pas de fortune puisqu'elle se trouve dans les paradis fiscaux, alors que reste-t-il, sinon du vide, du vent, rien. Ces dissimulations de grandes fortunes font actuellement la une de l'information mais devant autant d'indécence, on invitait, pour faire sans doute bonne mesure, aujourd'hui sur France-Inter Véronique Fayet, présidente du secours catholique en France. Au cours de l'interview ,  elle nous expliquera que la France compte aujourd'hui neuf millions de pauvres dont trois millions d'enfants ce dont on ne s'étonne plus ! La France s'habitue paraît-il à cette situation, comme elle s'habitue sans doute à entendre que les riches, une minorité  devient de plus en plus riche alors qu'une majorité de pauvres devient de plus en plus pauvres. Vous me direz que le propos est facile et qu'il ne pouvait pas m'échapper, moi qui suis constamment à l'affût de ces iniquités criantes, certes, il n'empêche que le commun des mortels,  ne peut pas s'empêcher de mettre côte à côte ces deux informations sans mesurer l'énormité de l'injustice qui, lorsque vous en êtes informé, vous reste dans la tête comme une outrance, comme une provocation qui nourrit un sentiment grandissant de révolte. Mais ceci ne concerne pas les hommes creux, ceci concerne que les hommes normalement constitués.

jeudi 19 octobre 2017

Ridicule !

Décidément, le ridicule ne tue plus! Avez-vous entendu les commentaires des hauts responsables EDF qui prétendent encore que le parc des centrales nucléaires françaises est sûr! Selon eux on peut dormir sur nos deux oreilles...jusqu'au jour où on ne se réveillera pas! Dotés d'un aplomb peu commun, ils sont capables de vous nier l'évidence devant des preuves probantes, comme celles qui montrent Greenpeace en train de tirer un feu d'artifice dans l'enceinte de la centrale !
Pour ces gens-là, c'est une vue d'un l'esprit malveillant, c'est une hallucination! il y a pourtant de quoi trembler quand on pense aux conséquences d'un avion , lui aussi malveillant, qui s'écraserait sur une centrale et tout particulièrement là où se trouve les déchets les plus dangereux et les moins protégés.
Mais soit rassuré bon  peuple puisqu'on te dit que tu n'as rien à craindre et que si quelque chose devait se produire, le ridicule nous concernant ne pourrait alors plus nous atteindre.  C'est bien pour cela que nous ne le craignons pas.

vendredi 13 octobre 2017

Nourrir ou détruire ?

Une fois de plus on met en cause les nuisances agricoles avec les produits phytosanitaires utilisés en abondance sans la moindre réflexion, sans le moindre scrupule, la motivation restant celle du fric, toujours du fric. Une abondance telle, que la terre est saturée et qu'on peut se demander quels sont les effets bénéfiques  de cette surproduction pour l'humanité.
         Ce matin, un agriculteur s'étonnait sur France-Inter de cette soudaine fixation faite sur le glyphosate alors qu'il existe, selon lui, bien d'autres réjouissances du genre, encore plus dangereuses mais dont on ne parle pas et dont personnellement il ne se soucie pas d'être détenteur. Sans doute, mais il faut bien commencer par un bout si on veut mettre un terme à cette prolifération de cancers qu'on recense, hélas, de plus en plus fréquemment dans nos campagnes, là où  ces produits sont diffusés amplement. Beaucoup de gens sont aujourd'hui convaincus qu'il y a bien une relation de cause à effet. Cependant, ce même agriculteur qui affirmait posséder cette panoplie de produits, nous assurait que leur utilisation n'avait jamais posé de problème pour lui, à condition bien sûr de se munit d'un masque et de l'équipement adéquats lors de la pulvérisation... Tant pis pour les voisins soumis à ces diffusions, tant pis pour les consommateurs qui, infailliblement retrouve le glyphosate dans leur alimentation. Il vous suffira de vous mettre en apnée pendant les traitements!!
             Si cette manière de considérer la situation est d'une extrême bêtise, elle est cependant révélatrice d'un égoïsme sans nom. Mais comme dise les agriculteurs en général pour argumenter leur incivisme environnemental: " Il faut bien qu'on nourrisse les hommes". Mais n'essayez pas d'attendrir l'opinion en vous attribuant des vertus que vous n'avez pas. Certes, si la noblesse de votre rôle est de nourrir les hommes, elle n'est pas de les faire mourir.
                    Personnellement, j'avais beaucoup d'admiration, voire même d'affection pour ce monde paysan qui me fascinait par l'intelligence de son travail, par son respect de la nature, par sa sagesse, par sa contribution à l'entretien des paysages. Depuis, le lucre a tout détruit.